Non, je ne suis pas au régime

Cette phrase, j’essaie de la faire entrer dans mon crâne mais ce n’est pas évident tant la société nous inculque qu’il existe des aliments interdits et d’autres sains et autorisés. C’est en tout cas ce que me dit mon médecin qui me suis désormais depuis quelques semaines. Car après 4 ans, 2 grossesses rapprochées et 2 enfants épuisants , je n’ai pu que constater la courbe ascendante sur laquelle j’étais. Le poids des grossesses, d’un allaitement long ne partait pas et le chiffre continuait à enfler. Ajouter à cela une vie de freelance bien plus sédentaire que celle du bureau (car j’avais notamment à disposition une salle de gym où j’allais fréquemment le midi) et vous obtenez un cocktail explosif. J’ai pourtant essayé il y a quelques temps de suivre un rééquilibrage Weight Watchers mais la méthode, en plus d’être très coûteuse, ne me convenait pas, je trouvais bien fastidieux de regarder tous les points de tous les aliments et je trouvais que la part belle était faite à une alimentation industrielle qui ne me correspond pas du tout.

rainbow

Depuis quelques semaines donc, je suis suivie par un médecin qui pratique la psycho-nutrition. Pour la citer:

Cette approche consiste à prendre en compte les composantes biologiques, physiques, psychologiques et environnementales qui influencent le comportement alimentaire.

En clair, lors de nos rendez-vous (2 pour l’instant), nous parlons beaucoup de mon parcours, de mon rapport à l’alimentation, de mon besoin compulsif de manger quand je suis fatiguée ou bien énervée. Pendant une semaine, j’ai noté chacune de mes prises alimentaires pour étudier cela avec elle, et avec également l’aide d’un questionnaire. De son côté, elle me « rééduque »: j’apprends que rien n’est interdit mais qu’il faut savoir s’écouter, écouter son corps et surtout sa faim. J’apprends petit à petit à ne pas finir une assiette au restaurant « parce qu’on finit son assiette sinon ça veut dire que ce n’est pas bon », à manger ce qui me fait plaisir dans des quantités raisonnables, à être capable de manger un morceau de fromage sans finir le plateau. Ce qui est assez incroyable, c’est que je n’ai pas faim et que je ne me prive de rien, le but n’était pas chiffré de toute façon. C’est aussi ce que j’aime avec cette approche. Le médecin ne m’a pas dit que j’avais 5 ou 10 kilos à perdre, ne m’a pas parlé de mon IMC (je suis dans la zone surpoids et si on se fit à l’IMC j’ai 13 kilos à perdre). En fait, elle a juste évoqué un poids d’équilibre, celui pour lequel on est programmé génétiquement quand notre corps et notre appétit est régulé. Ce poids, je ne le connais pas. Sans me forcer à me remettre au sport, elle m’encourage à faire plus d’activité physique (car certains jours, quand j’ai trop de travail à la maison, je ne sors que pour chercher les enfants à l’école et à la crèche).

En quelques semaines et à ma grande surprise, en mangeant de tout et en écoutant « juste » mon corps et ma faim, ainsi qu’en augmentant mon activité physique, j’ai perdu 2,4 kilos. Pourtant, je ne me sens pas ni ne suis au régime. Je réapprends juste à écouter ma faim et mes besoins. Le chemin avec cette méthode est long car il faut parfois 2 ans pour atteindre son poids d’équilibre mais je suis heureuse de cette décision prise de retrouver mon 38 et pourquoi pas, mon 36, tout en ne maltraitant pas mon corps à travers un régime.

7 Comments

  1. Bravo ! Bon courage aussi

    Répondre
  2. danslapeaudunefille 9 juin 2016

    Tu sais que je te soutiens à 200%

    Répondre
  3. maman est occupée 9 juin 2016

    Je n’ai jamais réussi à suivre un régime : si je me sens bridée, j’abandonne très vite. J’ai donc choisi de « faire attention », comme on dit : j’ai réduit mes quantités et je mange plus de fruits. Je vais bientôt me remettre au sport, dès que mon budget me permettra, c’est ma prochaine grande décision.

    Répondre
  4. Fanny DP 9 juin 2016

    Ca fait tres plaisir de te lire!
    C’est une super methode. Bon courage!
    Moi aussi, j’essaie de faire attention
    Bon, c’est mal barre pour une prochaine Okonomyaki! ;-))

    Répondre
  5. […] Suite à ce test, j’ai carrément décidé de prendre un abonnement, pour un panier végétarien cette fois-ci. J’y vois plusieurs avantages: celui de réduire notre apport en protéines animales, de pouvoir partager notre repas avec les filles à qui je ne donne jamais de viande ou de poisson le soir, et surtout de manger sainement pour continuer mon rééquilibrage alimentaire dont je vous ai parlé il y a quelques mois . […]

    Répondre
  6. […] vous me suivez depuis quelques mois (ou au moins depuis ce billet), vous savez que je suis dans une démarche de rééquilibrage de mon organisme et donc de mon […]

    Répondre
  7. […] un peu plus d’un mois maintenant, je fais attention à ce que je mange et surtout je réapprends à manger selon ma faim. J’avoue que c’est parfois un combat notamment lors des weekends mais le fait de voir […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.