Quand la fausse couche s’éternise…

2017, on avait dit que tu serais belle. Que tu effacerais 2016. Qu’on repartait sur un nouveau pied, de nouveaux projets. Cependant, je crois que ces temps-ci, la vie a décidé de nous jouer des tours, d’aller systématiquement à l’encontre de ma volonté.

En Novembre, on apprenait à l’échographie que notre petit embryon était déjà mort depuis 5 semaines, alors que j’étais à 11 semaines de grossesse. Le choc. Je n’avais absolument aucun signe de fausse couche, rien. Compte tenu de la taille, la gynécologue me propose de prendre des médicaments censés provoquer la fausse couche. Je passe 24 heures à pleurer et dans la nuit, je prends les médicaments. Puis une 2ème dose 24 heures plus tard… Il aura fallu 3 doses et 5 jours pour qu’enfin le médicament fonctionne, dans la violence la plus totale, je crois que je n’étais pas prête à un effondrement si abrupt de ma grossesse, ou en tout cas de ce qui en restait… Le contrôle est bon, il reste un petit débris (quel horrible mot pour parler d’un morceau de ma grossesse) qui devrait partir avec les règles.

Sauf que les jours, les semaines passent et les règles ne viennent pas. Je décide de reconsulter. La gynéco est bien embêtée, il reste toujours le même morceau… Elle décide de me diriger vers un examen complémentaire, l’hystéroscopie diagnostique. Je tombe de haut.Car nous sommes en janvier, et je pensais sincèrement que la gynéco plutôt que de m’orienter encore vers un examen me dirait « c’est bon tout va bien ». Et puis en fait non. Je réussis à trouver un place pour effectuer l’hystéroscopie rapidement, qui confirme la rétention trophoblastique (pour faire court, il s’agit de morceaux de la grossesse qui ne sont pas évacués). Le gynécologue est doux et m’explique parfaitement mes options: la chirurgie, avec les risques que cela comporte, ou bien attendre, encore, sous pilule cette fois et contrôler à nouveau après le cycle sous pilule, avec le risque de devoir opérer après ce cycle si la rétention n’est pas partie.

Je suis prise dans un tourbillon d’émotions. Que faire? Attendre, encore et toujours? J’ai l’impression de ne faire que cela depuis fin novembre. Je voudrais faire autre chose, penser à autre chose mais j’ai le sentiment que tout me renvoie toujours vers cette fausse couche, cet épisode que je voulais vite, très vite, mettre derrière moi. Le temps semble être si long depuis ce jour de fin novembre. Je crois être quelqu’un de positif. Je n’ai pas un tempérament déprimé et je vois toujours le verre à moitié plein, mais cette épreuve, ne fait que me miner un peu plus chaque jour. Quand je crois en être relevée, il y a forcément un grain de sable qui me fait replonger.

La fausse couche est en elle-même une épreuve dure, qu’on ne peut pas, je crois, comprendre si on ne l’a pas vécu soi-même. J’ai passé du temps, de l’énergie à sécher mes larmes, à faire mon deuil, avec l’aide de ma famille, de mes amies et même d’une psychologue qui m’a permis de verbaliser bien des choses. La voir se prolonger alors que toute notre âme ne veut que passer à autre chose, c’est dur, très dur. Je voudrais tellement pouvoir vivre mon quotidien de manière innocente à nouveau. Travailler, m’occuper de mes enfants, me faire plaisir et profiter de la vie comme je sais en temps normal très bien le faire. Combien de temps avant de retrouver mon « innocence » perdue?

Je ne savais pas trop quoi mettre comme photo pour illustrer ce billet… alors j’ai mis une photo de samedi dernier. Parce qu’en ce moment, mon seul plaisir c’est de les voir ELLES et de leur faire plaisir à ELLES.

Rendez-vous sur Hellocoton !

21 Comments

  1. e-zabel 17 janvier 2017

    <3

    Répondre
  2. PerrucheG 17 janvier 2017

    Bisous ma douce…

    Répondre
  3. Morgane Ménage 17 janvier 2017

    Ooooh quel pincement au coeur 🙁 malgré ce que certaines en disent la fausse couche n’est pas anodine ! Bon courage

    Répondre
  4. danslapeaudunefille 17 janvier 2017

    Je n’ai pas de mots à part te redire que je suis là <3

    Répondre
  5. Cyrielle 17 janvier 2017

    Courage, j’espère que tout cela sera vite derrière toi et que tu pourras rapidement consacrer tes forces à de nouveaux projets. Tu as deux petites filles magnifiques qui t’aideront à coup sûr !

    Répondre
  6. galathée 17 janvier 2017

    Texte poignant…
    (tes puces sont adorables)

    Répondre
  7. galathée 17 janvier 2017

    Texte poignant…
    (tes puces sont adorables)

    Répondre
  8. Emmanuelle Morineau 17 janvier 2017

    j’ai fait plusieurs fausses couches, la première entre mes deux garçons, j’ai eu la chance de pouvoir évacuer les débris sans avoir à faire de curetage, c’est sûr que de pouvoir repartir en essais et se tourner vers l’avenir est d’une grande aide moralement, avec le recul je me dis que sans cette fausse couche mon ptit ado ne serait pas là , dès que je l’ai tenu dans mes bras j’ai pu enfin souffler , parfois je pense à ce petit bout , je me demande fille, garçon ? pourquoi qu’avait-il ce petit bébé pour nous avoir quittés comme ça ? pas de réponse, on vit avec et heureusement le temps fait son oeuvre, bisous tous doux , je te souhaite le meilleur pour l’avenir

    Répondre
  9. lottemiletzoe 17 janvier 2017

    Pensées douces pour vous… Il y a 10 ans, le médicament n’a pas fonctionné pour moi et cela s’est fini en curetage plusieurs jours après le diagnostic. Il s’est écoulé moins de 3 semaines entre le diagnostic et l’intervention et déjà j’avais trouvé ça long, alors sincèrement toutes mes pensées vous accompagnent et je vous souhaite de très bientôt retrouver un peu de sérénité.

    Répondre
  10. Nassima ben 17 janvier 2017

    je te souhaite plein de courage !! j’ai vécu 3 fc dont un arrêt de grossesse à 2 mois c’est trs dur… je te fais plein de bisous de réconfort et j’espère que tu pourras bientôt passer à autre chose.

    Répondre
  11. Juliette 17 janvier 2017

    Bravo pour ton témoignage ! on a tendance à considérer la fausse-couche comme un sujet tabou, alors que lire ces lignes quand on l’a vécu nous apporte un sentiment de « normalité » impossible à ressentir quand on se sent si seule face à l’injustice et la douleur.
    Merci pour tes mots et bon courage pour cette épreuve qui n’est pas anodine et nécessite du temps.

    Répondre
  12. Mademoiselle Mam' 17 janvier 2017

    Comme je peux te comprendre…

    Je ne peux que te souhaiter plein de force et de courage <3

    Répondre
  13. snoops 17 janvier 2017

    bon courage a toi, a vous
    c une dure epreuve, j’ai vecu un peu la meme il y a tout juste 1 an, sauf que nous on savait qu’il y avait peu de chances que la grossesse continue ; sauf que le peu d’espoir, me faisait « m’accrocher » et que du coup la fc ne s’est faite que 15jours avant la 1ere echo obligatoire
    le sentiment de ne pas pouvoir passer a autre chose est tres dur
    c bien que tu arrives a en parler autour de toi, sur le blog, de pouvoir « evacuer » tes sentiments ne peut qu’etre benefique
    <3

    Répondre
  14. mamanwhatelse 17 janvier 2017

    des bises (et leur sourire à toutes les 2 est magique et contagieux!!)

    Répondre
  15. stephanie cardoso 17 janvier 2017

    bon courage, c’est vraiment difficile ma fausse couche ‘ou arrêt de grossesse’ car le cœur ne battait plus a 8 semaines, j’ai subit une aspiration une semaine après (défaut de planning) cette semaine a été très longue de ce dire qu’un bébé était toujours la mais ne vivait plus. par chance je n’ai pas eu de soucis au contrôle sauf que j’accuse quand même le coup depuis je n’arrive toujours pas a retomber enceinte alors passer a autre je ne peux pas tout me ramène a ce bébé perdu et qui peut etre été le dernier bébé que je pourrais avoir. en tout cas bon courage mais je pensais pas qu’on pouvait le faire par médicament a 11 semaine puisque moi a 8 semaine on ma imposé l’aspiration

    Répondre
  16. Mélodie 17 janvier 2017

    Je t’envoie pleins de bonnes ondes, de courage aussi et d’amour.

    C’est énorme déjà d’en parler à cœur ouvert avec tous…

    Je te souhaite que le meilleur, j’espère sincèrement que tu pourras vite fermer cette page…

    XOXO

    Répondre
  17. mariebidule 18 janvier 2017

    Bon courage.. pas de mot mais des pensées tendres pour toi.

    Répondre
  18. Delph dolce 20 janvier 2017

    <3

    Répondre
  19. Evelyne Untibebe 23 janvier 2017

    jE T’EMBRASSE FORT. Je n’ai pas les mots pour te remonter le moral. Il n’y en a pas, peut-être. J’espère simplement que cela va très vite passer et que tu vas retrouver ta joie de vivre.

    Répondre
  20. […] puis, il y a quelques jours, j’ai lu ce témoignage très touchant de Paris Pages Blog. Quasiment en même temps, je recevais un message privé d’une lectrice m’annonçant sa […]

    Répondre
  21. […] un break. Difficile de digérer non pas la fausse couche en elle-même mais les complications, et le fait que tout cela s’éternise. Et puis, je crois que mon corps a décidé pour […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *