Mon 1er trimestre de grossesse

C’est étrange, mais je vis cette 3ème/7ème grossesse comme si elle était un peu la première. A vrai dire, je me suis rendue compte que j’avais oublié pas mal de choses de mes grossesses pour mes 2 filles ou plutôt que je me posais beaucoup moins de questions: j’étais pétrie de certitudes, en tout cas certaine que tout irait forcément bien, et j’ai eu raison puisque j’ai vécu ses 2 grossesses très sereinement. Quand on est enceinte pour la 7ème fois, en ayant seulement 2 enfants vivants, le 1er trimestre est un moment très long et compliqué.

A vrai dire, il a surtout été très médicalisé: dès que nous avons confirmé la grossesse et son évolutivité à court terme par 2 prises de sang à 48 heures d’affilée, mon médecin m’a mis sous un traitement de choc puisqu’il soupçonnait une hyper-immunité utérine: au programme des piqûres quotidiennes à heure fixe d’un anticoagulant (qui me laissait régulièrement des énormes bleus assez impressionnant) et une dose également quotidienne de cortisone. Sans compter les autres médicaments comme l’acide folique, la vitamine E, l’aspégic nourrisson… j’étais une vraie pharmacie, à laquelle on a rapidement ajouté un médicament pour l’estomac puisque la cortisone me donnait des douleurs terribles. J’ai poursuivi ce traitement jusqu’à la fin du premier trimestre environ, ce qui m’a engendré pas mal de sueurs froides… Après tout, quand un traitement semble marcher, on a peur de l’arrêter non?

A post shared by Cécile (@parispagesblog) on

J’ai été également très suivie, avec des prises de sang hebdomadaires les 4 ou 5 premières semaines, ainsi qu’une échographie tous les 15 jours jusqu’à la fin du premier trimestre… je crois que j’avais déjà fait 5 ou 6 échos quand j’ai fait la première officielle à 12 SA ! Et puis, comme j’ai eu droit à un décollement vers 10SA (probablement un des pires moments de ma vie à vrai dire, quand à notre retour de weekend, je me mets à saigner abondamment, suite à un décollement mais probablement aussi à cause de mon traitement anticoagulant…), j’ai eu donc aussi quelques échos de rab pour vérifier la guérison.

Moralement, je crois que j’ai mieux vécu cette grossesse que les précédentes. Peut-être parce que je me disais qu’avec le traitement j’avais plus de chances, cela ne veut pas dire que je n’ai pas douté, et que je ne doute pas encore aujourd’hui. J’ai été sereine, j’ai stressé (beaucoup), j’ai espéré en me disant que c’était probablement ma dernière chance, puisqu’après ce traitement, je ne voyais pas ce qu’on pouvait vraiment faire de plus. J’ai même investi dans un doppler foetal ! il fait un peu cheap en terme de plastique mais marche drôlement bien, je l’utilise quotidiennement. Je l’ai utilisé vers 10SA et j’entendais les mouvements in-utero, puis à 12SA, j’ai commencé à entendre également le coeur battre, comme un petit cheval au galop ! Cela m’a tout de même valu quelques sueurs froides, quand je ne trouvais pas le coeur, ce qui arrive de moins en moins !

A post shared by Cécile (@parispagesblog) on

Côté symptômes, j’ai eu plutôt la forme. Sous cortisone, j’étais totalement dopée et je ne sentais absolument aucune fatigue. Je dormais peu et je bougeais non stop… La descente a été rude et depuis je suis constamment épuisée ! assez peu de nausées, une peau et des cheveux plutôt en beauté, probablement quelques kilos en rab liés à la cortisone tout de même. Au final, j’aurais je crois tout donner pour avoir des symptômes bien identifiés comme les nausées pour me rassurer.

Au final, je réalise aussi qu’avec mon passif, je me suis peu projetée sur ce qui pouvait se passer: pas d’investissement dans des fringues pour moi ou pour le bébé (d’ailleurs je n’ai toujours rien acheté et je ne compte absolument pas m’y mettre avec le déménagement qui se profile, voyageons léger !), j’ai vaguement calculé ma DPA après l’échographie officielle du 1er trimestre… En revanche, j’ai passé beaucoup trop de temps sur internet (oui, je sais, pas bien) après chaque écho: à regarder si la taille de mon embryon était normale ou pas par exemple, grosse obsession, à scruter chaque micro changement ou symptôme.

Hello you ! ce matin, j’ai été visiter en avant-première le Nid, un magnifique lieu éphémère situé à 2 pas de la gare de l’Est, à destination des futurs et jeunes parents. Ouvert jusqu’au 30 juin, et créé notamment en partenariat avec @mam_france et My Little Kids , vous pouvez aller sur le site de My Little Kids pour vous inscrire à des ateliers totalement gratuits. (le bordel capillaire c’est cadeau, j’ai renoncé au fait de me coiffer avec l’humidité ambiante…) __________________________________________ #bonplan #parisgratuit #lenid #mylittlekidsxMam #futuremaman #grossesse #enceinte #futuremaman #pregnant #pregnancy #mylittlekids #pma #amp #pmette #lovenoxbaby #rainbowbaby #monpetitmiracle #maman2018 #decembre2018 #15sa #pregnancyafterloss #pregnancyafterlosses #babybump

A post shared by Cécile (@parispagesblog) on

Côté ventre, je crois que ma tête a refoulé l’idée-même de grossesse durant le premier trimestre, mon ventre est sorti d’un coup après la 1ère échographie officielle ! En revanche, j’ai très vite senti les petits papillons, vers 9SA, ce que m’a confirmé ma sage-femme, avec le nombre de grossesses important, on sent tout beaucoup plus vite. Aujourd’hui, je sens bien mon foetus se retourner et identifier de quel côté il est.

Autre point important: les copines. Elles se reconnaîtront, toutes autant qu’elles sont. Elles ont été là pour me rassurer, ou juste m’écouter, me conseiller parfois, ça fait du bien d’être si bien entourée, merci à elles d’avoir assuré !

Pour mon 2ème trimestre, j’espère gagner en sérénité, moins stresser, et surtout être moins fatiguée, ce qui me semble compromis avec les grosses chaleurs et l’été à passer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.