Allaiter un bambin, ça change quoi?

Je m’entends encore il y a un an dire à ma sage-femme que je ne tiendrais pas un mois. Et puis, au fil des jours, les douleurs se sont atténuées et l’allaitement s’est installé. On en a vu des vertes et des pas mûres pendant de nombreux mois, entre une prise de poids qui a toujours été plutôt faible (aujourd’hui, je suis convaincue que c’est son métabolisme car diversifiée, la Chevelue reste une crevette de compet’, 7,8kg pour 72 cm à 12 mois et des brouettes), un RGO, une intolérance au lait de vache, des coliques, de nombreux engorgements, des baisses de lactation, des grèves de la tétée… l’ascenseur émotionnel était au rendez-vous de cette dernière année. Le temps est passé et finalement, contre toute attente, me voilà maman allaitante d’un grand bébé de bientôt 13 mois qui a pleuré les rares fois où lui a montré un biberon (autant vous dire que le sevrage, ce n’est pas pour demain !).

Avant de vivre cet allaitement, avant même d’avoir des enfants, je m’interrogeais sur l’intérêt de l’allaitement long. J’avais les préjugés de tout un chacun, pensant que tout cela était bien bizarre voire malsain n’ayons pas peur des mots. Aujourd’hui, je le vis comme quelque chose de totalement naturel qui fait intrinsèquement parti de ma relation avec ma fille. Cependant, ce n’est pas du tout évident dans la mesure où je n’ai pas forcément beaucoup de repères autour de moi et notamment d’amies ayant pratiquées l’allaitement long (je me souviens avoir rigolé intérieurement quand il y a quelques mois, l’une d’entre-elles m’a dit avoir allaité sa fille très longtemps, soit 4 mois !).

allaitement-12-mois

Alors allaiter un bambin, ça change quoi au final? 

Et bien à mon sens, ça change surtout le regard que la société porte sur nous, les mamans. Avant 6 mois, on est de bonnes mères car on allaite, à partir de 9 mois il faudrait commencer à penser à le sevrer, à 12 mois on commence à tomber dans la relation incestueuse. Je n’imagine même pas ce que subissent les mamans qui allaitent des enfants de 2, 3 ans voire plus. Si j’entends parfois des réflexions dans mon entourage (coucou maman !), je le vis plutôt sereinement. Je n’impose mon allaitement à personne. Ma fille dort la nuit. Elle tête matin et soir et son rythme est réglé comme du papier à musique. C’est le bébé le plus souriant du monde et elle est aussi curieuse qu’un petit singe. Elle est équilibrée et je ne vois pas de raison de lui retirer un élément de son équilibre au prétexte de la faire grandir. Elle n’est d’ailleurs pas dépendante du sein puisqu’elle a passé 3 jours avec mes parents lors de notre weekend à Stockholm (elle a d’ailleurs refusé tout biberon de mon lait pendant ce temps). Son rythme me permet de l’allaiter uniquement dans un cadre très intime et au final, personne ne me voit allaiter. Cela devient de fait un non-sujet.

ça amène de la bienveillance dans nos vies ! allaiter un bambin, être un parent bienveillant me pousse énormément à me questionner. J’ai trouvé beaucoup d’écoute, de soutien, de motivation grâce à la bienveillance d’autres mamans que ce soit sur les réseaux sociaux, dans les groupes Facebook dédiés à l’allaitement de bambins mais aussi à la Leche League, même si je regrette un peu qu’il y ai aussi peu de réunions prévues pour nous !

ça rend les tétées beaucoup plus acrobatiques ! et vas-y que je te tripote le décolleté, que je tire sur le mamelon… un bambin, c’est un petit enfant qui développe sa motricité fine, même avec les seins de sa maman ! j’ai mis quelques semaines à m’adapter et à trouver les nouvelles positions appropriées à ma fille, et ce n’était pas vraiment une évidence car elle ne savait pas d’elle-même comment elle voulait se positionner. De plus, la Chevelue ne tête que dans la pénombre, avec personne d’autre qu’elle et moi dans la pièce. J’ai donc dû adopter une stratégie notamment pour la tétée du soir car elle refusait totalement de téter devant sa soeur avant le coucher. Je fais donc diner les filles ensemble, je les couche, puis je donne la tétée à la Chevelue un peu plus tard dans la soirée, qui tête goulument dans son sommeil. C’est à peu près le contraire de ce qui est conseillé habituellement mais si ça marche pour nous, c’est bien comme ça.

ça aide à passer les crises ! des dents aux rhinos, la tétée aide bien des mots. Quand nos bambins ont besoin de réconfort, ils savent très bien tirer sur nos tee-shirts pour nous montrer ce qu’ils attendent de nous. Quand ma Chevelue est malade, elle ne prend que le sein. Quand elle a mal aux dents, la tétée l’apaise (même si souvent, je dois me battre pour qu’elle ne se serve pas de moi comme d’un anneau de dentition).

ça n’empêche pas d’avoir une vie sociale ! parfois le soir, je sors et la tétée peut être remplacée par un yaourt ou du fromage, dont ma fille raffole. Quand nous recevons des amis, je bois de l’alcool parfois plus que de raison. Je retrouve une poitrine un peu plus petite (mais pas à ma taille « normale ») et je n’ai pas besoin d’avoir les seins accessibles en permanence. Je peux donc m’habiller avec des vêtements normaux, même si je privilégie les chemises ou mes vêtements d’allaitement Milker pour ne pas devoir me mettre à poil à la tétée du soir.

ça me pousse à devenir militante ! je commence à avoir un peu d’expérience en tant que maman. Je me passionne pour l’allaitement, je lis tout ce que je trouve, sur le net et ailleurs. Mon mari ne s’étonne même plus de me voir absorbée par un énième article sur le sujet. Je réprime souvent mes mots quand j’entends des phrases du genre « je n’ai pas pu allaiter car je n’avais pas de lait » « après un mois, ça ne sert à rien » « je vais le sevrer car je dois reprendre le travail »… j’ai envie de crier que tout cela n’est pas une fatalité, qu’elles peuvent se faire aider pour continuer si elles le souhaitent, que cette norme de vouloir à tout prix rendre des petits bébés indépendants à 3 ou 6 mois doit changer ! Qu’elles ont le droit d’allaiter en public, quand elles le souhaitent. Que leur tout-petit ne deviendra pas un dictateur en puissance parce qu’épuisées elles s’endorment avec lui dans leur lit pendant la tétée nocturne. C’est parfois dur de dire ce qu’on a sur le coeur et rester politiquement correcte même avec ses amies !

Mais le plus important, tout de même… ça donne des moments câlins où nous sommes seules au monde ! même si la tétée ne dure rarement plus de 10 minutes, ces moments me font tout oublier. C’est un bulle de tendresse dans ma journée. je la regarde et je profite de sa petite tête de tortue. Je sais bien qu’elle va grandir mais dans ces moments-là, elle est encore mon bébé dont je savoure l’odeur de biscuit.

64 Comments

  1. blandinericard 2 avril 2015

    c’est tout à fait ce que je pensais et que je ressens maintenant avec Léna 19 mois et encore allaitée ♥ ♥ ♥

    Répondre
  2. Mélodie 2 avril 2015

    Je suis quasi du même avis que toi ! Nos enfants ayant 6 jours d écarts…. Ça me fait plaisir de trouver quelqu’un qui ressent la même chose que ce que je vis. J passe moins pour une illuminée !

    Pour l allaitement et la reprise du boulot, oui, oui, et mille fois oui ! Mon fils n a jamais été complémenté et je tire mon lait au boulot, j ai 4h de transport / jour donc…. C est tout à fait faisable si les chefs comprennent et laisse la personne faire son affaire. Jusqu à 1 an de bébé c est un droit du salarié après…. Un arrangement. (je tire encore mon lait à 12 mois passés) ma convention collective maintient mon salaire durant mon heure d allaitement !

    Par contre, c est dur physiquement et émotionnellement faut vraiment s accrocher 😉

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      oui, c’est très dur ! mais réussir, cela fait de nous des femmes encore PLUS FORTES hein !!

      Répondre
  3. nins92 2 avril 2015

    Superbe article ! Tu résumes parfaitement bien ce que je pense et ce que je ressens, au bout de presque 18 mois d’allaitement avec mon petit dernier. La « norme », la société nous amènent à nous poser des questions c’est vrai mais quand j’y pense, quand je me pose la question de savoir si ça me plait, si ça lui plait, si c’est bon pour nous deux, toutes ces histoires de norme s’envolent, c’est notre histoire à nous on l’écrit comme on veut ! Bravo à vous deux !

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      tant que nous sommes bien dans cette relation, pourquoi vouloir la casser? je pige pas !

      Répondre
  4. Myriam 2 avril 2015

    Beau témoignage ! Quelle chance d’avoir un bébé qui dort toute la nuit à 13 mois, et qui ne tète que 2 fois par jour !!!

    Ma fille a 26 mois, et tète encore, mais ça ne fait que 3-4 mois qu’elle ne tète plus que 2 fois par jour, et c’est de mon initiative, car sinon elle tèterait encore vers 18h. Et s’endormir le soir sans téter… c’est possible mais elle n’aime pas vraiment…

    En revanche, je n’ai eu à subir aucune remarque concernant mon allaitement long ! Il faut dire que ma mère (non-allaitante convaincue) a vite compris que je n’accepterai pas ses remarques, et ma belle-mère (allaitante convaincue… mais qui a sevré sa fille à 16 mois « parce qu’il faut bien à moment donné ») a également vite compris que non, je n’allais pas non plus sevrer à un moment arbitraire alors que je n’en avais pas envie (et ma fille non plus !). Étrange comme les remarques viennent des proches, mais pas des étrangers (sauf du corps médical… mais c’est un autre débat, les médecins—d’une autre génération—et l’allaitement !).

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      oh les médecins… j’avais des remarques d’une généralistes alors que ma fille devait avoir 2 mois. nan mais oh !

      Répondre
  5. Liveanneso 2 avril 2015

    Je te l’ai déjà dit, mais je le redis, moi qui suis arrivée sur ton blog par l’article sur l’allaitement « raté » de moutarde, je suis vraiment contente pour toi de voir à quel point cet allaitement t’épanouit.
    Je commence à rentrer dans la catégorie des « tu vas bientôt la sevrer? » avec ma puce de 8 mois, alors que non,non,non je n’en ai pas l’intention, à moins que ces mêmes personnes gèrent les nuits des dents qui poussent (une tous les 10jours en ce moment) où il n’y a que téter qui la soulage.
    Je ne sais pas encore combien de temps ça va durer, on verra bien, mais j’appréhende un peu les réactions de l’entourage. En tout cas continue d’en parler, entre ton article et celui d’Elisa hier ça m’encourage vraiment à continuer, peu importe ce qu’en disent les autres.

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      c’est à toi, à vous, de décider. c’est vrai que le sein c’est tout de même pratique pour gérer les gros chagrins, les douleurs les maladies aussi… mais je trouve que pour quelque chose d’aussi intime, les gens se permettent bien des commentaires !

      Répondre
  6. Frey Emilie 2 avril 2015

    Seulement 2 tétées à 13 mois ? ^^ Ici il est 10h12, mon 3ème enfant de bientôt 2 ans sort de sa 2ème tétée de la matinée. Et cette nuit, peut être 3, je ne sais pas, le cododo permet ça. Mais malgré mon allaitement toujours à la demande et n’importe où (surtout au parc quand il est bondé !), personne ne se permet de remarques 😉

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      et oui 🙂 matin et soir la journée elle va à la crèche et la nuit elle dort (et c’est bien comme ça !)

      Répondre
  7. Choupie 2 avril 2015

    Merci pour cet article. J’ai l’impression de relire mes sentiments lorsque j’ai allaité mon premier, en me disant que je n’allaiterai pas si longtemps… et puis… ça s’est fait naturellement, le reste du cheminement avec.
    Profite bien de ces tétées câlins du soir et du matin, bébé endormi, qui éclate de rire en tétant ou bien malade tous ces moments sont si forts !

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      je voudrais toujours les garder en mémoire ces câlins <3

      Répondre
  8. mimi quelquechose 2 avril 2015

    Merci vraiment ♡♥ ici aussi balbinette 31 mois allaitee je me suis bcp reconnue pas sur tout (nuits et accro au sein) …..
    J entends encore et tjrs mais merci vraiment ca ma fait du bien
    Bonne journee

    Répondre
  9. mimi quelquechose 2 avril 2015

    Ola viens de me relire …. outch ca pique !!!!!
    Je disais donc que ca m a fait du bi2n de te lire ….
    Merci pour ma bambinette toujours allaitee ….
    Merci pour moi car ca m a mis du baume au coeur ….
    Bonne journee …….
    Et je te souhaite plein de bonheur encore ….

    Répondre
  10. Le Trèfle 2 avril 2015

    Ma fille de 3 ans et 4 mois prend encore une têtée câlin le soir pour dormir. Je lui dis qu’il n’y a pas de lait avec me répond si avec des yeux d’extase, je lui dis qu’elle est trop grande, elle me dit qu’elle est encore un peu petite, je lui demande pourquoi elle tête encore elle me dit parce que j’aime…

    Répondre
  11. yeude 2 avril 2015

    Je me retrouve exactement dans ce billet, tu me renvois 1 an et demi dans le passé, nostalgie ! J’ai allaité ma fille 15 mois, et malgré les difficultés du début, l’allaitement me semblait vraiment normal et la chose à faire. Comme toi, j’ai commencé à en prendre plein la tronche vers 9 mois (sauf ma mère qui bien que ne nous ayant pas allaitées avec ma sœur, était à fond avec moi, elle m’a surprise, en bien !!!). Comme toi, j’ai eu des débuts très difficiles. Comme toi, ma fille est un petit poids, mais elle est en pleine forme. Nous avons arrêté un peu du jour au lendemain, à cause de poussées dentaires terribles pour elle (elle n’arrivait plus à téter) combiné à un rhume carabiné pour moi (je n’avais pas la force de l’aider…), mais j’aurais continué quelques mois de plus…

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      je comprends tellement ! parfois c’est dur de relancer quand on a un coup de mou comme les maladies d’hiver. J’ai bien failli craquer quelques fois également !

      Répondre
  12. eulalie 2 avril 2015

    Bientôt un an d’allaitement et c’est ça!!!! Tout à fait ça!!!! Même si mon louloulou tète beaucoup plus mais refus du bib´, câlin rien qu’à nous, tétées acrobatiqu s, odeur de lait frai et de douceur de mon bébé.
    Personnellement j’ajouterai que cet allaitement m’aide aussi à me réconcilier avec mon corps…. C’est tellement naturel et doux et bon et sain. (Et que ce corps que je n’aimais pas, qui est malade, qui m’a parfois trahi est capable du meilleur pour l’être le plus formidable du monde)!
    Merci !

    Répondre
  13. Patricia 2 avril 2015

    Merci pour ce très bel article, que je m’empresse de partager ! Ici nous allaitons un bambin de 3 ans et demi, nous pratiquons le cododo… et nous sommes des extraterrestres pour les quelques amis qui nous restent (les autres n’ont pas compris et nous on tourné le dos, trop de décalage avec leurs méthodes… tant pis !). Surtout, n’écouter que son coeur, et pas les « conseils »…
    Bravo et bonne continuation ! 😉

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      je crois que tu as la clé: écouter son instinct et ses tripes !

      Répondre
  14. philouttes 2 avril 2015

    Je me retrouve complètement dans ton témoignage! Des préjugés que je pouvais avoir sur un allaitement long jusqu’aux questions ou regards à supporter. J’allaite toujours mon fils de 22 mois 😉

    Répondre
  15. Eva 2 avril 2015

    Félicitations à vous deux <3

    "C’est parfois dur de dire ce qu’on a sur le coeur et rester politiquement correcte même avec ses amies. " Mais tellement. D'autant que parfois tu veux juste pointer du doigt une incohérence avérée.. Mais quand on touche à l'allaitement il y a peu de paroles qui soient tolérables.

    J'avais lu un truc chouette à répondre aux gens qui disent que l'allaitement "rend l'enfant dépendant de la mère" (bon déjà il faudra m'expliquer en quoi c'est négatif, ça me semble plutôt logique qu'un bébé ne puisse pas se faire un boeuf bourguignon seul 😀 ) : contrairement au biberon où les horaires et la quantité sont imposés, le bébé au sein choisit à quel moment et quelle dose de lait il veut ingérer, donc allaiter favorise plutôt l'autonomie de l'enfant, du moins concernant sa prise alimentaire !

    Quand tu parles du manque de réunion LLL, je me dis que ce ne serait pas forcément idiot de faire des réunions informelles (sans monter une association ni rien) entre mères (longues) allaitantes parisiennes. Quand je vois le nombre de commentaires, je me dis qu'elles ne manquent pas.

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      C’est clair qu’il est difficile de trouver en dehors des réseaux sociaux des mamans à qui parler de ce sujet sans passer pour l’ovni de service…
      tu me fais penser à une phrase qu’on m’a sorti il y a peu « mais il faut lui apprendre la séparation et la frustration »… j’étais sciée !

      Répondre
  16. amandineapois 2 avril 2015

    Tout à fait d’accord pour le côté acrobatique (la mienne a deux ans) et le sein est un vrai jouet pour elle

    Répondre
  17. sacha 2 avril 2015

    Merci pour ce bel article, ça fait du bien de lire ça, de se dire qu’on n’est pas les seules à ressentir cela. J’ai allaité mon fils jusqu’à ses 20 mois (c’est lui qui « m’a sevré », car moi j’avais décidé de lui laisser la possibilité de continuer jusqu’à ses 24 mois sans soucis, on était tellement bien tous les deux ! Mais il l’a décidé ainsi, j’ai eu du mal au début mais si lui le souhaitait c’est qu’il avait besoin de passer à autre chose à ce moment là.), certains ont besoin de plus court, d’autres d’un allaitement plus long, chaque enfant est différent. Dans tous les cas ce sont eux qui choisissent. Mais cette relation me manque parfois, je réalise que mon bébé a grandit.
    Et j’ai eu à subir ces regards sur moi, ces réflexions concernant mon allaitement long… Mais notre relation m’apportait tellement que j’ai fini par laisser couler. Comme vous le dites, notre regard change, en devenant maman, je suis devenue encore plus tolérante par rapport à l’allaitement, moi qui était déjà une convaincue bien avant de tomber enceinte !
    Et je me souviens de ces sensations, de ces changement de techniques et positions lorsque bébé devient plus grand, plus ouvert au monde qui l’entoure.
    Je vais pouvoir revivre ça bientôt, mon second bébé arrive début mai, cela me tarde, en attendant merci pour votre article, vous réveillez en moi de bons souvenirs !

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      félicitations et de bien belles tétées en perspective pour toi <3

      Répondre
  18. cnrc 2 avril 2015

    Bel article! Tout à fait d’accord. Pour ma part deux louloutes que j’ai allaité peu de temps après la reprise du travail car même en tirant mon lait une ou deux par jour en plus des tétées à la maison malheureusement ça s’est arrêté tout seul..sûrement du à une grosse fatigue car dans mon travail je devais me cacher soit dans le bureau d’un collègue ou un placard tout poussiéreux. ..!!

    Répondre
  19. danslapeaudunefille 2 avril 2015

    Ton allaitement avec ta chevelue me rappelle mon allaitement avec mon fils. On a arrêté à ses 9 mois mais il prenait depuis 2-3 mois du lait artificiel chez sa nounou. Et moi aussi je défend becs et ongles l’allaitement ce qui n’est pas toujours bien vu…

    Répondre
  20. Fouinimum 3 avril 2015

    🙂 j’ai allaité ma saucisse jusqu’à ses 16 mois et tout tes mots, j’aurais pu les écrire (mais je n’écris pas aussi bien que toi)… les difficultés, le regard des autres, les remarques, la solitude parfois, le rythme qui s’établit, la vie qui s’organise et qui continue avec cet allaitement… et puis surtout, la douceur de se retrouver à 2 dans cette relation privilégiée…
    je n’ai qu’une chose à dire : profite ! 😀

    Répondre
  21. Apo 3 avril 2015

    Que ça fait du bien de lire ce type d’article ! Je coallaite mes deux enfants de 22 et 2 mois. Je m’apprête à reprendre le travail et je compte bien continuer d’allaiter. J’ai toujours tirer mon lait sur mon lieu de travail. Et finalement, les remarques, la peur du regard des autres, on passe outre ! Et pourtant, si on m’avait dit ça au départ, je n’y aurais pas cru, je m’étais dit, j’essaie et on verra et puis finalement, on en est là….
    Alors oui, merci de dire tout haut ce que nous sommes beaucoup (trop) à penser tout bas !

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      merci à vous ! je vous souhaite de belles tétées, une heureuse reprise du travail avec des gens bienveillants !

      Répondre
  22. vanessa pierlot 4 avril 2015

    Oh merci pour ce post j ai failli arreté l allaitement à cause d une sage femme qui m a donné de mauvais conseil et m a fait perdre la lactation
    Revanche ou victoire mon loulou a huit mois et on est sur de l allaitement mixte et ça nous convient tres bien
    En revanche je fais partie de celle qui disent devoir le sevrer car reprise du travail bientot et deplacements 4 nuits par semaines

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      on est toutes dans des situations différentes ! l’important est que vous soyez libre et à l’aise avec vos choix !

      Répondre
  23. MamanDeOuistiti 5 avril 2015

    <3

    Répondre
  24. Elise 5 avril 2015

    Très bel article.Pour ma part j’ai toujours dit que j’allaiterais et, malgré des débuts assez hard, j’y suis arrivée!
    Ma fille a aujourd’hui 21 mois et est toujours allaitée (le matin et le soir)..de toute façon elle ne veut pas entendre parler du lait en poudre, alors même si j’avais voulu choisir cette solution après plusieurs mois d’allaitement ça aurait été compliqué 🙂
    Vive les bébés allaité et leur maman moi je dis !
    Et comme vous dites si bien, cela ne nous empêche pas de vivre, et c’est tellement bon d’enfouir notre nez dans la chevelure de son bébé qui tète. .

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      Félicitations et encore de belles tétées pour vous 2 !

      Répondre
  25. unelouveentailleur 6 avril 2015

    Très bel article, qui reflète exactement ma pensée ! Mon Louveteau vient d’avoir neuf mois, et quand j’ai commencé à l’allaiter, c’était dans ma tête jusqu’à la reprise du travail « bien sûr ». Et puis je n’en ai pas ressenti l’envie… et on est toujours sur un allaitement qui nous ravi, lui comme moi !

    En allant en réunion LLL, je me suis aperçue qu’au final, nous étions nombreuses dans cette situation : vouloir allaiter jusqu’à un certain temps, trouver ça « bizarre » les bambins allaités, et puis finalement quand on y est, ce n’est plus aussi bizarre…

    Et c’est vrai aussi ce que tu dis sur le militantisme : allaiter pousse à se renseigner sur l’allaitement, et à prêcher l’allaitement autour de soi.

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      on est tellement incomprises qu’au final on se doit de militer, de se battre pour ne pas être perçues comme des bêtes de foire !

      Répondre
  26. AsMom(a) 9 avril 2015

    Bonjour. Bravo ! Et ça peut durer encore longtemps, l’important c’est de se sentir bien. Ma fille entre dans son 25e mois et elle prend toujours le sein. 3 fois par jour en moyenne, plus le week-end parfois.
    Depuis le début, je me fous de ce que les gens pensent alors je n’écoute pas les remarques de l’entourage. Je n’y réponds pas non plus, d’ailleurs s’il s(‘agit de questions. Je n’ai rien planifié, et voilà où on en est.
    J’aimerais que l’envie d’arrêter vienne d’elle, on commence à en parler un petit peu mais elle n’est pas encore décidée.

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      j’ai du mal à croire que cela dur aussi longtemps car elle tête 2 fois par jour… Ce n’est pas une accro du sein mais que j’aime ces moments-là !

      Répondre
  27. Audrey 13 avril 2015

    Oh que oui bravo!! je me retrouve totalement dans cet article, même si aujourd’hui mon ptit chou s’est sevré (à 18 mois pile, gastro et n’a plus voulut jamais retéter, sauf une fois micro-tétée et depuis c’est non non non!!) j’ai beaucoup souffert des remarque de mon entourage, entre « range moi tes horreurs » lorsque mon fils avait 7,5 mois, entre les « fait attention ça doit lui manqué il m’a tiré sur le tee-shirt » « rien ne doit lui manquer il est encore allaité »  » ah bon? c’est bizarre non? » (à 15 mois…) ce fut une très belle aventure pour lui et moi, et non il n’est pas dépendant de sa mère, il réclame même parfois à ce que ce soit son père qui le couche, porté (encore et toujours 😉 ) on m’a sortit « il ne marchera jamais si tu le porte en permanence » il à marché à 12 mois… alors même si certaines remarque m’ont fortement blessée, nous avons continué notre chemin ensemble dans le maternage, dans l’amour et aujourd’hui j’ai un petit garçon épanoui, curieux et très indépendant!!! j’espère juste que pour le prochain j’aurais le cran de répondre à toutes ces remarques blessante, j’aurais le courage de dire à mes collègues que non un bébé allaité ne sera pas obèse si il tète toutes les heures (en lieu et place des 3H recommandées par médecin/pédiatre et autres belles-soeurs/mère en tout genre!!!) que ton aventure continue aussi longtemps que vous le souhaitez toi et ta puce, elle sera belle et remplie d’amour!!!

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      n’écoute pas les autres et écoute ton instinct de maman. C’est TOUJOURS lui qui a raison.

      Répondre
  28. Nana 13 avril 2015

    On dirait moi ! Début d’allaitement très compliqué avec des engorgements, mastites, douleurs, pleurs… des envies de tout arrêter plusieurs fois, le soutien du papa qui m’a aidé à continuer….et nous voici 9 mois plus tard avec bébé toujours allaité quand il est avec moi et du mon lait dans un biberon à la crèche… Par contre, je veux arrêter de tirer mon lait… et je me pose 40 000 questions sur la diversification alimentaire… viande ? pas viande ? gluten ? pas gluten ? par quoi remplacer mon lait la journée ? Je suis preneuse de tous conseils !

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      je reviens un peu tard sur ton commentaire mais n’hésite pas à me contacter en privé à parispagesblog(at)gmail(dot)com si tu veux en parler !

      Répondre
  29. lamamandup'titkoala 13 avril 2015

    J’ai presque l’impression de me lire, avec 5 mois d’avanc disons =P
    JE vais par redire se que tu as déjà si bien dit car je suis sur la meme longeur d’onde que toi !
    Ici on en est a 8 mois passé d’allaitement, un début plus que parfait un milieu bien pouri avec l’apparition d’un RGO et de son intolérance au produits laitiers, des baisse de lactation de moral et la faituge d’un bébé qui ne vva pas bien !

    mais surtout meme si j’ai toujours su que je voudrai allaiter, que je me suis jamais dit que je pourrai ne pas aimer sa (et a raison 😉 !)
    J’avais comme toi et surement bien d’autre, en tête l’idée qu’un bébé de 3 mois allaiter c’est cut ! que le plus important c’est d’aller juqu’a 6 mois … et que quand je reprendrai le boulot faudra bien se faire une raison.
    Sans parler du fait que c’etait presque glauque de voir encore ses mamans donner le seins a leur grand bébé qui court et parle !

    Aujourd’hui toute ses idées se sont envoler bien loin !
    comme si je découvrai l’envers du décors, le vrai décors qu’ai l’allaitement <3
    Et allaiter un bambin de plus d'1 an me parrait aussi naturel que de le voir un jour marcher !
    et je ne me voie pas faire sans !

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      rien à ajouter à tes mots, on est totalement pareilles <3

      Répondre
  30. Elea 13 avril 2015

    Pour ma part, j’allaite depuis 56 mois (si je compte bien) dont 27 en co-allaitement deux charmantes petites filles. Ma grande de 4 ans et demi, je ne l’allaite plus en public depuis +- un an, je dirais. Pas par peur de recevoir une remarque désobligeante, juste parce que nous avons convenu cela ensemble de commun accord (tant qu’elle n’était pas prête a lâcher les tétées de journée, elle a continue car moi ça me convenait) maintenant elle tête matin et soir (le soir en tête a tête avec la cadette, etc c’est plutôt du catch-tétée, sport et drôle :-)) ma petite boit partout des qu’elle le demande, a la maison, chez des amis, au resto, dans les parcs. Je considère l’allaitement comme naturel mais pas culturel dans notre pays. Je souhaite que cette pratique soit entendue, qu’elle trouve sa place dans notre société,c’est pourquoi je la pratique ouvertement. Une mère qui donne Le biberon ne se cache pas? Alors pourquoi une mère qui donne le sein doit-elle le faire? Je pense que la société voit le sein sexuel et pas le sein nourricier. On oublie régulièrement cette fonction qui est pourtant la fonction première, animale. En dehors de tout cela, j’apprécie et savoure les moments de complicité avec mes filles. Je sais que je leur donne le meilleur nutritivement parlant (je n’ai pas honte de le dire, et je pense qu’en toute neutralité, toute maman biberonnante ou allaitante ne peut le nier) mais aussi le meilleur de moi-même. Je pense que le biberon convient a la vie actuelle. On veut que bebe grandisse vite, gagne en autonomie, dorme tout seul, ne se réveille pas, mange tout seul, qu’il dérange le moins possible papa et maman. On est pris en temps que parents dans cette spirale que nous impose (car nous sommes victimes de cela finalement) le système, et moi aussi allaitante convaincue, je me surprends a dire a mes filles de se dépêcher de téter car j,ai une lessive a faire tourner… Quand je le dis, je me rends bien souvent compte de l’absurdité de mes propos, que je dois partir travailler… J’essaie de lâcher prise, de le dire que je serai 10 minutes plus tard ce soir en rentrant du boulot mais que je leur aurait donne 10 minutes qd elle en avait besoin. Nous ne prenons plus le temps, tout doit aller vite, nous avons tant a faire. Nous ne savourons plus assez ces moments de plénitude totale.
    Cela n’est pas propre a l’aillaitement, c’est une tendance générale. je pense qu’une biberonnante peut agir avec une infinie douceur également. Mais le biberon nous fait plus facilement pencher vers cette tendance. Combien d’enfant ai je vu boire le biberon seul dans un fauteuil regardant la télé? Quand on allaite, surtout des grands enfants finalement on est plus ou moins « coincés » avec eux, et on y prend du plaisir car on se rends compte que c c’est juste l’essentiel. On leur donne du temps, on leur raconte des histoires, on fait glisser nos doigts dans leur cheveux, on leur fait des bisous, on leur dit des mots doux, on les respire.
    J’essaie de lutter contre cette manière de fonctionner (aller tjrs plus vite) et de prendre le temps avec mes petits avec bonheur et passion. Ce n’est pas toujours facile de se sortir de nos préjugés et de se questionner sur notre manière de fonctionner et notre culture.

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      tu vois c’est quelque chose qui m’a choqué aussi récemment: les bébés, souvent très petits, à qui on laisse le biberon pour qu’ils le prennent seuls. Je trouve ça triste en fait. A croire que ma grande de 2 ans et 9 mois a lu dans mes pensées: elle veut désormais que je lui donne son bib du matin 😀
      Félicitations en tout cas pour ton parcours!

      Répondre
  31. cmamanquifee 14 avril 2015

    Merci pour cet article grâce auquel je me sens moins seule !!!! Mon loulou a 10 mois et demi et je l’allaite encore matin et soir, parfois aussi dans la journée lorsque je ne travaille pas. Je suis rassurée aussi pour le côté « sport » !! Avec mon loulou, on a trouvé la position assise à côté de maman un peu plus pratique. Parce que allongé en position « classique », il pousse sur les jambes, remue, regarde autour… bref !
    Moi non plus je n’imaginais pas forcément au départ aller aussi loin, même si je me suis toujours dit que j’irai le plus loin possible… On y est encore, c’est une victoire pour moi, et même une fierté ! A bas les mauvaises langues… 😉

    Répondre
    • Cécile 4 mai 2015

      tu as raison d’en être fière ! bravo à toi !

      Répondre
  32. Patricia 14 avril 2015

    Elea, c’est génial ! Et c’est tout à fait ça, toujours ce truc de devoir faire tout vite, que les enfants ne soient pas une gêne pour les parents et qu’il grandissent vite vite vite (dans la limite de ce qui leur est toutefois autorisé)…
    57 mois et co-allaitement, hé bien… chapeau bas !

    Répondre
  33. […] fait longtemps que je n’ai pas parlé allaitement ici. C’est vrai que le sujet est désormais un peu loin pour moi mais j’apprécie […]

    Répondre
  34. […] la naissance d’un enfant, il l’est bien moins quand la mère reprend le travail (et que le bébé grandit…) Vouloir continuer, c’est s’entêter alors qu’il s’agit bien souvent […]

    Répondre
  35. […] me trotte dans la tête. Pour autant, coucher ces mots sur mon écran n’est pas chose facile: le lien lacté qui me reliait à ma douce Chevelue est désormais rompu. Elle est passée à autre chose, je […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.