La blogueuse sans smartphone

Cela fait 2 fois en 3 mois que je me fais voler mon téléphone dans mon nouveau quartier. Si cela m’a vraiment embêté d’un point de vue financier (qui aime se faire voler un smartphone à plus de 500 euros quand il n’a pas d’assurance?), cela m’a permis à 2 reprises et en un laps de temps rapproché de faire le point sur mon usage excessif voire addictif de cet objet.

smartphone

C’est un fait, mes filles et mes proches me voient comme une personne ultra-connectée. Mon téléphone est greffé à ma main et je me sens perdu sans lui. Je suis totalement accro aux réseaux sociaux, Instagram en particulier, et aux discussions avec mes copines. Mon mari m’a d’ailleurs cru folle quand il a vu la longueur de mes fils de conversation avec certaines de mes amies (qui se reconnaîtront ;)). Si la première semaine sans téléphone m’a permis de faire un break, les retrouvailles avec mon nouvel appareil m’ont rendu encore plus addict. Il faut dire qu’au premier vol, je suis passée d’un iPhone 6 à un Samsung S6, et la découverte d’un nouvel OS et d’un nouveau fonctionnement m’ont pris un peu de temps.

Aujourd’hui, j’ai acheté un Samsung S6 similaire à mon précédent, j’ai changé la coque et le numéro comme pour exorciser cette période de vols. Cependant, alors que j’ai cet appareil depuis environ 36 heures, je l’ai à peine touché. Depuis une semaine, je me sens un peu sevrée des réseaux sociaux, même si je reste très accro aux discussions avec les copines. J’ai dû regardé 2 fois Instagram cette semaine, j’ai lancé 1 fois twitter et je ne suis pas allée sur Snapchat. J’ai aussi pris beaucoup moins de photos, car habituellement, je prends la majorité d’entre-elles avec mon Samsung (qui a une qualité photo bien supérieure à un iPhone, par exemple, le billet sur La Roche-Posay ne contient que des photos faites avec ce téléphone). J’ai toutefois ressorti mon appareil photo qui du coup dormait un peu dans le bureau.

En revanche, je crois que j’ai bien profité de cette pose pour faire d’autres choses: regarder des séries ou des films en étant vraiment attentive à l’intrigue, lire, admirer Paris pendant mes trajets de bus au lieu d’être greffée à mon extension 2.0… J’ai même réussi à voir des copines ! et oui, vous vous souvenez avant, quand on se donnait rendez-vous à un endroit et qu’on n’avait pas de téléphone? et bien ça marche encore ! J’ai aussi pas mal cuisiné et j’avais que lorsqu’on achète des paquets de farine et des tablettes de beurre toutes les semaines, c’est mauvais signe !

Aujourd’hui, avec mon nouveau téléphone, je me sens un peu plus déconnectée. Je n’ai pas envie de tout photographier, instagramer, partager. J’ai vraiment apprécié aussi la liberté d’être dans un endroit et de n’être là pour personne. Avant, hier soir, lorsque nous sommes allés voir Stomp, j’ai fait le choix de ne pas prendre mon téléphone. Le Mari avait le sien mais j’ai pu profité de ma soirée sans envoyer de sms à la babysitter pour savoir si les filles dormaient, si elles avaient bien mangé… J’ai vu un spectacle, j’ai dîné avec mon mari au restaurant et c’était chouette ! Hier, je suis partie faire quelques courses, l’histoire d’une dizaine de minutes, et je n’ai pas pris mon téléphone. Avais-je vraiment besoin d’un smartphone pour aller acheter des yaourts aux enfants?

Par ailleurs, je crois malgré tout que j’aime être connectée. Je reste une blogueuse, une parisienne qui aime avoir son Google Maps sous la main, une folledingue qui photographie son assiette de pâtes. Je réalise juste que je n’en ai pas besoin tout le temps et que je peux tout aussi bien faire des choses sans !

3 Comments

  1. Djahann 29 janvier 2016

    Je n’ai pas de smatphone et je le vis bien ! C’est sûr que souvent j’aimerais avoir un smartphone, plein d’applications sympa, un GPS quand je suis perdue, pouvoir prendre une photo « instantannée »…. mais bon, dans l’ensemble, je m’en passe très bien ! Et je fais des économies !

    Répondre
  2. maman est occupée 29 janvier 2016

    Je me suis mise au smartphone tardivement : il est vrai qu’il me rend beaucoup de services et que j’ai du mal à imaginer qu’il y a encore 3 ans, j’avais un téléphone portable tout simple. Néanmoins, je n’y passe pas trop de temps pour autant, à part quand je suis dans les transports en commun, j’ai envie de dire : comme tout le monde.

    Répondre
  3. magasaly 29 janvier 2016

    sympa le nouveau quartier…..
    j’essaye de temps en temps de me désintoxiquer de mon téléphone, je sors sans le prendre volontairement et c’est vrai que c’est appréciable, on en profite plus…c’est effrayant ce que je suis en train d’écrire quand même….
    depuis quelques semaines je le pose un soir sur deux, je déconnecte complètement jusqu’au lendemain alors je loupe des discussions mais je dors plus apaisée et plus facilement….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.