la RATP n’aime pas les enfants (et leurs parents)

Il y a des problématiques auxquelles on pense assez peu avant d’être parent. Je crois que les transports en commun est l’une d’entre elles. Je suis parisienne et je ne connais que 3 modes de déplacement: mes pieds, le métro, le bus et Über. Dans cet ordre. Cependant, en tant que jeune mère, j’ai très vite compris que les transports en commun deviendraient rapidement une vraie galère quand je ne pourrai plus porter bébé (je suis tombée enceinte de La Chevelue quand Moutarde avait 10 mois et pesait plus de 10 kilos, le portage m’était par ailleurs déconseillé dans mon cas). Le métro, le bus, nos modes de transport sont non seulement un cauchemar par leurs nombres d’escaliers, d’escalators, mais aussi par le manque de civisme des gens qui bien souvent râlent contre les poussettes ou ne cèdent pas leur place aux femmes enceintes ou aux jeunes parents. C’est d’ailleurs pour toutes ces raisons que je préfère désormais marcher un peu plus avec ma poussette plutôt que de devoir prendre les transports en commun.

bus-poussette

Chaque semaine ou presque, depuis septembre, j’utilise un bus. Lorsque nous sortons le mercredi du poney, Moutarde et moi prenons un bus qui nous ramène à proximité de notre quartier. Ce trajet, long mais direct, lui permet en général de faire une heure de sieste dans sa poussette. Je peste souvent intérieurement, notamment à cause des gens, peu respectueux (l’autre jour, un type a carrément donné un coup de sacoche dans la tête de Moutarde sans trouver bon s’excuser), mais je crois que le bus de cette semaine a gagné le pompon. En apparence un nouveau bus, tout neuf; je monte dedans et je remarque assez rapidement le souci: deux immenses places pour fauteuil roulant, une place d’environ 40 cm pour une poussette. Point barre. Etant encore seule dans le bus, je profite de la place de poussette. Au bout de quelques stations, nous sommes carrément 4 poussettes. dont 3 évidemment sur une des places pour handicapé. Le chauffeur fait passer une annonce pour réclamer à 2 des poussettes d’être pliées. Je suis restée la quasi intégralité du trajet du bus. Je n’ai vu aucun handicapé dans ce bus mais j’ai vu une bonne dizaine de poussettes défilées.

Les handicapés, comme les poussettes ont évidemment le droit de se déplacer dans la ville. Je trouve d’ailleurs scandaleux le peu de stations de métro qui leur sont accessibles. Cependant, je crois qu’il y a (heureusement d’ailleurs) plus de poussettes à Paris que de personnes en fauteuil. Nous serons probablement tous ou presque confrontés à la parentalité. Depuis quand est-ce normal, acceptable de penser que les jeunes parents n’ont ni le droit ni le besoin de se déplacer dans la ville? Si 4 poussettes sont dans un bus, ne serait-il pas plus légitime que des personnes sortent plutôt que de demander à des parents de plier des poussettes? J’ai vu de mes yeux un conducteur demander à une jeune maman avec un nouveau-né dans un énorme trio donc impliable de plier sa poussette… et la maman sortir du bus, l’ai dépité.

Cette situation n’est évidemment pas nouvelle. Elle n’en est pas moins honteuse. Oui, on sort vite de la période où les enfants ne peuvent pas marcher mais on oublie aussi vite les galères des jeunes parents, probablement fatigués qui eux aussi ont d’être respectés en tant que passagers.

6 Comments

  1. Corinne (Couleur Café) 11 février 2016

    J’ai eu aussi l’occasion de déplorer cette situation. Combien de fois me suis-je retrouvée devant un escalator en panne dans le métro, ou des stations non pourvues d’escalator ou d’ascenseur. Les gens qui râlent, c’est le lot quotidien des parents à poussette. Je crois que les choses bougent pour permettre une plus grande facilité aux poussettes et aux fauteuils roulants, mais pas aussi rapidement que nous le voudrions.

    Répondre
  2. Mlle Gima 11 février 2016

    Je sais que je me fais l’avocat du diable mais justement … pourquoi serais ce aux poussettes de rester et autres autres de partir ?
    Il est signalé qu’il ne doit pas avoir plus de 2 poussettes ouvertes dans les bus pour ne pas gêner les autres usagers. Il ne leur est pas de demander de descendre mais de ménager de la place pour tout le monde

    Répondre
    • LiLi Confetti 11 février 2016

      Avez-vous déjà plié une poussette dans un bus bondé et qui commence à rouler en tenant votre bébé et vos affaires à bout le bras ? Si oui, une âme charitable vous a t’il laissé sa place pour que vous puissiez vous asseoir avec votre enfant ? Avez-vous réussi à sortir sans encombres du bus avec la poussette pliée, vos affaires et votre enfant ? Ce sont aux infrastructures de s’adapter aux utilisateurs et non l’inverse car mine de rien on paye tous pour ce service. IL faut juste avoir un certain civisme. C’est comme les gens qui ne savent pas se décaler lorsqu’il te croise. Tu es avec une poussette, parfois tu galères pour manœuvrer, mais c’est à toi de les éviter … Chacun à sa logique …
      J’ai déjà plié ma poussette et je peux vous dire qu’en retour: j’ai failli tomber avec mon bébé, je prenais encore plus de places entre mes sacs, ma poussette et mon enfant au lieu d’avoir une poussette avec bébé assis dedans et mes sacs dessous. C’est juste que c’est plus simple aux gens de te rentrer dedans !
      Si les parents prennent la poussette et les transports en commun, c’est que souvent ils n’ont pas vraiment le choix sinon ils feraient vraiment autrement vu le parcours du combattant que c’est. La RATP pense qu’on a tous des poussettes cannes ultra fines qui se plient en 2 secondes mais non entre la théorie et la pratique il y a souvent un grand fossé …

      x LiLi x

      Répondre
  3. danslapeaudunefille 11 février 2016

    Je prend assez rarement le bus et beaucoup plus le rer. Mais cette histoire de seulement 2 poussettes par bus, je l’a trouve abusé !

    Répondre
  4. cesdouxmomentsleblog 11 février 2016

    Moi c’est cela qui m’énerve le plus, la petite annonce du conducteur quand il y a plus de 2 poussettes ouvertes, comme si nous étions des délinquantes. Alors que pas un n’osent mettre la petite annonce qui dit qu’on doit payer son ticket… Au secours franchement, un peu de bienveillance serait la bienvenue quand même ! J’en avais aussi parlé sur le blog des Kiddy travellers :http://www.kiddytravellers.fr/comment-survivre-aux-transports-en-commun-avec-bebe/

    Répondre
  5. maman est occupée 12 février 2016

    Ce n’est pas simple mais plier la poussette, c’est avant tout une question de sécurité : l’enfant peut prendre n’importe quel objet sur la tête (comme la sacoche).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.