Mauvaise mère

Il est tard et je la regarde s’endormir, petit ange, à côté de moi dans mon lit. J’écoute chacune des gouttes de pluie frapper les carreaux des fenêtres et j’ai le sentiment que toutes pleurent avec moi et et rendent un peu plus lourd le fardeau de la culpabilité.

Ce soir, tu avais fait une grosse bêtise. Tu étais fatiguée, j’étais excédée, après une journée  enfermée, emprisonnée par ce temps de Toussaint. Je t’ai pris par le poignet pour t’emmener sur la marche réfléchir à ton attitude. Tu ne voulais pas, petite fille déterminée. Tu t’es laissée tomber de tout ton poids et ton bras n’a pas pu supporter tes 15 kg. Crac.

Pleurs, métro, urgences sous la pluie, radio. Attente interminable. Pas de diagnostique. Une visite d’un interne qui n’avait même pas vu tes radios. Nous ressortons de là quelques heures plus tard, toi avec un plâtre, moi avec une ordonnance pour une consultation d’orthopédiste et une culpabilité lourde comme le monde sur les épaules d’Atlas.

Je me sens glacée en pensant à ces longues minutes en radiologie où je priais de toutes mes forces pour que tu n’ai rien, où je maudissais intérieurement la technicienne d’avoir refusé de me dire si elle avait vu quelque chose.
Je pense à toi et à ton petit bras en écharpe. À ton cours de poney du mercredi. À tes jolis dessins. À ton incapacité hier soir à piocher dans le paquet de dragibus que je t’avais donné pour patienter.
Je me sens si mauvaise mère. Je comprendrais qu’on me pare d’une lettre écarlate pour mettre en garde la société. Je n’ai pas su être adulte, calme, je n’ai pas su te protéger, alors qu’il est là, mon seul et vrai rôle dans ta vie. J’espère un jour ma fille que nous saurons nous pardonner.

bébé-bras-cassé

j’ai pris cette photo avant l’accident. Je préfère te voir ainsi, petit ange paisible qu’avec ton bras en écharpe.

EDIT du 16/09/2015: nous sommes retournées aux urgences à l’hôpital Robert Debré après la très mauvaise prise en charge à l’institut franco-britannique de Levallois où l’interne n’avait même pas pris la peine de t’examiner. Les médecins de Debré t’ont accordé le temps qu’il fallait et remis en place la pronation du coude. Le lendemain, tu bougeais ton bras comme s’il ne s’était jamais rien passé. Vive l’APHP.

10 Comments

  1. LN 13 septembre 2015

    Ne t’en veux pas.
    Ta fille a besoin d’une maman forte fière et protectrice.
    Tu en feras des erreurs, et tu les regretteras amèrement (crois moi!). Mais ne t’inquiète pas, tu les oublieras. Et plus important encore: elle oubliera. Dailleurs, elle a probablement deja oublié…
    Alors profite d’elle sans repenser a tout Ca. On ne peut pas changer le passé, on peut juste vivre au mieux le présent <3

    Répondre
  2. Loreleï 13 septembre 2015

    nous ne sommes pas parfaites et tout est bien qui finit au mieux 😉
    je te fais de gros bisous

    Répondre
  3. blandinericard 13 septembre 2015

    je te comprends à 1000% et te critiquer ou te juger loin de moi car j’ai eu le meme cas une petite fille qui n’écoute pas et moi qui suis fatiguée je la tire un peu fort aussi et bim elle tombe sur le coin du mur résultat 2 points de suture sur la tête on fait toutes des erreurs ♥ des bisous à ta princesse et à toi

    Répondre
  4. Mamandine le blog 13 septembre 2015

    Ca serait injuste que tu t’en veuille même si je comprend la culpabilité que tu dois ressentir.
    Ca ne m’est pas arrivé mais je sais que les enfants me poussent parfois dans mes retranchements. Et qu’une maladresse peut vite arriver.
    Car oui c’est une maladresse de ta part et non un coup ou une sanction.
    Ton Coeur doit être tout serré mais Moutarde sait très bien que ce n’est pas une mauvaise action de ta part ou une volonté de lui faire mal.
    Câline la, bisouille la comme la maman aimante et bienveillante qui tu es.

    Répondre
  5. bbbsmum 13 septembre 2015

    comme je te comprends et en même temps comme je te trouve sévère avec toi
    je t’embrasse <3

    Répondre
  6. Elwenn - Kid Friendly 13 septembre 2015

    Ce qui t’es arrivé aurait pu arriver à n’importe laquelle d’entre-nous. N’importe laquelle. Nul n’est parfait. Celles qui prétendent le contraire sont de grosses mythos. Je comprends la culpabilité, elle est livrée en kit avec le bébé. Je ressentirais sans doute la même chose. Ça ne veut pas dire pour autant qu’elle soit fondée. Tu peux relever la tête. Tu es une mère normale, vraiment.

    Répondre
  7. danslapeaudunefille 13 septembre 2015

    Cela aurait pu m’arriver, j’aimerais te dire d’arrêter de culpabiliser mais je sais que tu le feras tout de même alors je veux juste vous envoyer des bisous à toi et moutarde.

    Répondre
  8. Caroline 14 septembre 2015

    je crois que tu t’en veux assez pour ne pas t’accabler d’avantage. Et que ceux qui te juge ne te jette la pierre que s’ils sont parfaits … Mais on le sais tous la perfection n’existe pas !

    Répondre
  9. Lucky Sophie 14 septembre 2015

    Plein de bisous de réconfort ! <3

    Répondre
  10. oph 14 septembre 2015

    J’imagine cette culpabilité, bien difficile à vivre. Ca ne console pas, mais ça aurait pu arriver à n’importe quel parent! Mon arbrisseau c’est brulé avec fer à lisser pendant 1/4 de seconde d’inattention. Je culpabilise encore. Si seulement nous pouvions anticiper tous leurs faits et gestes…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *