Nous sommes une famille de bobos Bio

Depuis quelques semaines, l’idée de jeter un (petit) pavé dans la marre me trotte dans la tête. Je fais donc mon coming-out ici: « bonjour, je m’appelle Cécile, j’ai 32 ans et je suis une bobo-bio ».

A3_Affiche Aubergine_bd

J’étais déjà bobo-bio avant d’être maman, depuis c’est pire. Tout à commencé il y a de nombreuses années, quand mes parents sont devenus des bourgeos-bio. Un magasin Naturalia s’était implanté près de chez nous quand j’étais au lycée, on a commencé à manger des produits bio pour environ 50% de notre alimentation (depuis mes parents sont devenus des 100% bio).

Etudiante, j’ai eu la chance de trouver un petit boulot d’été pour quelques mois à l’Agence Bio (c’est l’organisme qui s’occupe de la promotion de l’agriculture biologique, d’ailleurs si vous vous posez des questions sur le Bio, n’hésitez pas à faire un tour sur leur site) et j’ai un peu mieux compris le Bio, son intérêt, ses méthodes de certification.

Le Bio, ce sont des valeurs ! Le Bio, contrairement à ce qu’on peut lire ici et là (voire entendre de la part de marques non Bio, notamment dans l’alimentation infantile…) ce n’est pas « juste » un label. Le Bio, c’est avant tout des valeurs auxquelles on choisit d’adhérer ou pas: respect de la nature (notamment du bien-être animal puisque les animaux d’élevage Bio ne subissent pas l’élevage hors sol en batterie comme les autres, la priorité est donné aux médecines douces lors des traitement médicaux, et sont nourris en alimentation Bio) et de la biodiversité (pas d’utilisation de produits chimiques de synthèse).

Je consomme Bio parce que j’adhère à ces valeurs: je veux que les poules qui pondent les oeufs que je mange aient de bonnes conditions de vie. Je veux aussi aller plus loin dans la démarche en consommant de saison et, idéalement, local. Je n’achète pas des tomates, même Bio en plein hiver par exemple. Cela m’arrive parfois d’acheter des fruits exotiques comme l’ananas mais j’essaie d’en limiter ma consommation. C’est dans cette optique que nous avons adhéré à La Ruche Qui Dit Oui.

Du Bio oui, mais aussi du local ! Concrètement, l’adhésion à la Ruche a changé beaucoup de choses dans notre mode de consommation. On commande sur internet et on récupère dans notre Ruche (idéalement située à côté de la crèche de Moutarde) nos produits.

Les producteurs locaux y trouvent financièrement leur compte et nous mangeons des produits de grande qualité que nous récupérons très facilement toutes les 1 ou 2 semaines. Nous privilégions évidemment les produits Bio qui constituent la majorité de la production proposée dans notre Ruche.

ruche

Et Moutarde dans tout ça?

Je suis très exigeante concernant l’alimentation de ma fille. Je regarde de très près les menus de la crèche et je sais qu’elle y mange sainement et essentiellement bio, ce qui que rassure. Pour Moutarde, je dirais qu’elle mange 80% d’alimentation maison et 90% d’alimentation labellisée AB, notamment pour les produits finis (type pâtes ou autres féculents, biscottes sa petite folie du moment…). Une consommation de produits Bio ou locaux achetés à notre ruche, je privilégie notamment les produits très frais que je cuisine rapidement après achat.

babybio

Moutarde mange également des petits pots de manière régulière: parce que je suis fatiguée ou que j’ai la flemme de préparer quelque chose (#badmother :p) ou bien parce que nous sommes en vadrouille. C’est également le cas pour les compotes puisqu’elle n’aime pas celles préparées maison. J’achète de manière quasi-exclusive la marque Babybio. Le Bio est bien évidemment un de mes critères de choix mais pas seulement:

  • les recettes sont variées avec des produits parfois originaux. L’idée de faire goûter des choses différentes à ma fille me plaît beaucoup pour une raison assez simple: je suis une ancienne enfant difficile. Mes parents en ont bavé pour me faire manger jusqu’à mes 5 ou 6 ans. J’ai mis des années à rééduquer mon goût et notamment à manger des légumes. Je mange désormais de tout mais cela n’a pas été sans de réels efforts de « rééducation ». Je ne souhaite pas que mes enfants aient ce type de problème ! Babybio propose par exemple des recettes au canard, à la truite ou au quinoa, ingrédients relativement peu fréquents dans la nourriture infantile.
  • Le choix du produit français: les ingrédients sont français pour la majorité, et on annonce même la région sur l’étiquette. C’est vraiment une démarche qui me parle !

Qu’on fasse le choix du fait maison, pour soit comme pour nos enfants, ou bien des plats industriels, je pense qu’il reste essentiel d’avoir conscience de ce qu’on mange, du coût que certains aliments peuvent faire peser sur la société (notamment en terme de pollution liée au transport ou environnementale). N’oublions pas que nous préparons nos petits à être les consommateurs de demain !

11 Comments

  1. Petite-Mam 5 février 2014

    Tu as raison, le bio est vraiment important !! Ici aussi on adore le bio, c’est plus sain, malheureusement encore un peu cher mais si tous le monde se mettrai à consommer bio les prix baisseraient !

    Répondre
    • Cécile 5 février 2014

      pour le coup, à Paris, ma ruche n’est pas fondamentalement beaucoup plus chère que le marché (ou même le supermarché) avec des produits de bien meilleure qualité. Après c’est aussi un choix de vie !

      Répondre
  2. Mmembis 5 février 2014

    Ma Ruche a une conception toute personnelle du local je trouve : parfois on a des produits qui viennent d’Italie !! Il n’y a pas forcément de fonctionnement idéal entre les AMAP, les ruches, les coopératives, mais je dois avouer que je suis heureuse de ne pas être obligée de faire mes courses chez Naturalia.
    Originaire de la campagne, je suis d’une nature sceptique sur le bio, notamment parce que j’ai fait un tas de petits boulots d’été sur des parcelles bio… arrosées de pesticides par le voisin… Le local permet au moins de retrouver la valeur de la confiance dans le producteur, que ne garantissent pas les certifications.
    La vraie solution : je pille les jardins des amis de mes parents ! mais ça demande de prendre à notre charge les coups de transport.

    Répondre
    • Cécile 5 février 2014

      Ha pour le coup dans ma ruche, c’est vraiment SUPER local… genre le producteur le plus éloigné est à Orléans.
      Concernant les parcelles bio, cela m’étonne… ou alors les règlementations ont changé depuis car désormais, tu ne peux pas avoir le label AB si ton voisin est en agriculture traditionnelle ou bien si tu es proche d’une route…
      Quand nous allons dans le Lot, nous revenons en général le coffre rempli de fruits et légumes également ! un vrai bonheur !

      Répondre
  3. lilyla 5 février 2014

    oh la vache j’ai l’impression que je suis aussi une bobo bio depuis des années … ah ben oui c’est bien ça lol Alors ici j’achète aussi la marque Babybio quand on ne fait pas maison (en fait, quand on a oublié de décongelé ce qu’on a fait) et cette marque a surtout l’avantage à mes yeux de ne pas rajouter de sel quand vient l’ajout de jambon ou autre dans le petit pot contrairement à Hipp (enfin ça c’était y’a 3 ans) maintenant, je continue sur Babybio en qui j’ai confiance, leur composition est toujours parfaite et leurs produits variés! Seul le lait opur le petit loup est de chez Hipp car ils nous a paru mieux après avoir regardé de près la composition !

    ICi on achète local (2€ les 6kg de pommes de terre bio quand on va chez le voisin, c’est plus qu’intéressant) bon si on les prend dans notre petite boutique bio (l’eau vive) elles montent bien en prix, normal c’est un prix d’ami ^_^ L’eau vive c’est bio et le plus possible local et donc on préfère à biocoop où nombres de produits viennent de l’autre bout du monde enfin trop par rapport à notre éthique !

    En gros, il faut toujours regarder ce qu’on achète mais être critique et vigilant importe pour notre terre et il ne faut surtout pas se voiler la face et continuer ce combat. Ici pas de ruche qui dit oui mais le concept me plait bien

    Bonne continuation à vous,
    Et au plaisir de vous lire (je laisse rarement des messages si long sur un blog ;))

    Répondre
    • Cécile 5 février 2014

      je suis bien d’accord ! je ne comprends pas la logique du j’achète bio mais ça vient de l’autre bout de la planète ! merci de votre commentaire !

      Répondre
  4. madamezazaofmars 5 février 2014

    Je ne trouve pas que ce soit un pavé dans la mare mais plutôt une maniere normale de consommer et je suis moi aussi adepte des produits bios si possible, en tout cas local.
    Parce que le nerf de la guerre et qui coupe l’accès au bio a pas mal de gens c’est encore et toujours l’argent.

    PS: pourquoi Bobo bio et pas juste bio ? Oui j’ ai des questions existentielles 😉

    Répondre
    • Cécile 5 février 2014

      En fait, j’ai lu quelques articles récemment qui disaient « le bio c’est juste un label » ça m’a gonflé. A Paris, je trouve que le coût du bio est moins discriminant. C’est un peu plus cher mais au final pas tant que ça, notamment via la ruche.
      Bobo Bio parce qu’à Paris la ruche, bouffer bio et compagnie c’est vraiment un truc de bobo :p bises !

      Répondre
  5. corail 18 mars 2014

    Waouhhh! J’ai l’impression d’être moins seule! J’ai 41 ans, une princesse de 10 mois et nous sommes bobo bio et écolo ( sans être extrémiste !!). Moi aussi je veux du bio mais si le produit a fait 10000 km pour venir jusqu’à mon assiette, pas question. Pour notre pitchoune, c’est petits pots BIO le plus possible ( HIPP ou BABYBIO ) mais pas toujours facile à trouver en gammes complètes dans les magasins locaux et Internet est cher! Sinon c’est maison mais elle a plus de mal ( ne supporte absolument aucun morceau sinon c’est régurgitation aussitôt!!) Je veux éduquer notre enfant dans le respect de con sorps et de sa planète!! Mais autour de nous, beaucoup de gens ont du mal à nous comprendre et ça me fait beaucoup de bien de trouver des blogs comme le votre!!

    Répondre
  6. cindy 22 janvier 2016

    Bonjour,

    J’ai lu votre article et vos commentaires même si ils datent un petit peu maintenant…je tente.
    Voilà je travaille pour l’émission « On a échangé nos mamans ». Principe simple: 2 familles aux modes d’éducation et aux habitudes totalement différents « s’échangent » les mamans pendant 1 semaine. Le but étant 1) de s’amuser pour ces 2 familles; 2) de vivre une expérience pourquoi pas ( au choix !) enrichissante pour soi et sa famille; 3) permettre aux téléspectateurs de prendre également ou pas conscience de certaines choses chez eux et sur eux.
    Nous débutons cette année une nouvelle saison pour NT1 et nous sommes à la recherche de famille qui « pratique » le bio voire l’écolo. Histoire de montrer à qui voudra le voir que même en famille cela peut être possible et qu’il y a des astuces etc… .
    J’ai cru lire qu’il y avait parmi vous des mamans, alors si l’expérience vous intéresse je vous laisse mon e mail pour que l’on puisse en discuter ( avec plaisir): castfamilles@gmail.com

    Merci et bonne journée,

    Cindy

    Répondre
  7. picard 25 novembre 2016

    Bonjour,
    Comment puis-je vous contacter? Je souhaite vous présenter professeurciboulette.bio l’allié santé 100% bio des familles: nous livrons chaque semaine les aliments et de délicieuses recettes à préparer en 15 minutes aux familles.
    Bien à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.