Et maintenant on fait quoi?

Je crois bien n’avoir jamais parlé ici de ma vie professionnelle. En 2007, je suis entrée dans un grande entreprise de jeux vidéo. C’était le premier poste auquel je postulais, fièrement diplômée d’un Master et une année à l’étranger plus tard. J’ai été prise en stage, puis en CDD pour 6 mois, puis 12 mois, et enfin le graal, le CDI. Mon poste, mes compétences, mes missions ont évolué avec le temps. Dans cette entreprise, je me suis mariée. J’ai eu 2 bébés. J’ai rencontré des gens formidables qui sont devenus parfois des amis. J’ai travaillé sur des projets excitants, fous, avec des gens brillants, créatifs. J’ai côtoyé les dirigeants qui m’ont souvent épatés par leur humanité.
Cette entreprise que j’aime toujours, j’ai choisi de la quitter. Dès mon arrêt lors de ma seconde grossesse, je savais qu’il était impossible pour moi de revenir à mon poste. Je savais qu’y retourner signifierait la dépression. Le retour de mon premier congé maternité avait été très violent: mon chef n’avait prévenu personne de mon retour, je revenais sans mission, à un bureau mis au milieu des stagiaires, sans PC. J’étais pourtant contente de revenir mais j’en ai pleuré dans les toilettes pendant plusieurs jours. Sans la présence d’une collègue chérie, je crois que j’aurais plongé.

clavier

Après l’annonce de ma seconde grossesse, mes missions, déjà pas hyper claires, sont devenues quasi inexistantes. Enfin, si, elles existaient mais mon chef ne répondait pas à mes mails, le feedback à mon travail était très léger. Je n’étais même plus invitée à des réunions qu’autrefois j’organisais. Cela me minait vraiment et je crois que l’impact psychologique a été fort sur ma seconde grossesse. Epuisée moralement, avec une tension très basse et un bébé qui grossissait apparemment mal, j’ai été arrêtée définitivement très rapidement. Le reste de ma grossesse s’est à partir de ce moment-là très bien déroulé.

En octobre, je devais donc retourner au travail. Sans possibilité de changer de poste en interne, je me retrouvais à devoir retourner là où j’avais tant souffert. Je savais que cela n’était pas du tout concevable, pour me préserver ma famille et moi. Je savais qu’un retour aurait raison de ma santé. Je savais que je ne pouvais pas revoir certaines personnes.

J’ai fait le choix de quitter cette entreprise que j’aimais, que j’aime toujours d’ailleurs pour travailler pour moi, sur moi aussi.

Depuis le mois de décembre, je suis officiellement inscrite à Pôle Emploi. Je suis aussi une future créatrice d’entreprise. Mon ambition est de travailler à mon compte. Ce projet, un peu fou, qui demande à être précisé évidemment, me porte. J’ai retrouvé qui j’étais. J’ai de nouveau envie. Et surtout, l’avenir est devant moi.

21 Comments

  1. maëline / @petitescrapules 4 février 2015

    Bravo pour cette décision pas évidence à prendre mais de toute évidence indispensable pour toi. on sent dans tes mots une note se nostalgie, mais aussi beaucoup d’envies pour la suite… je te souhaite de réussir dans tes projets !

    Répondre
    • Cécile 10 février 2015

      Nostalgie je ne sais pas mais une nouvelle aventure qui commence c’est sûr !

      Répondre
  2. unelouveentailleur 4 février 2015

    Heu… ça ressemble beaucoup à du harcèlement moral, doublé d’une discrimination sur la vie de famille! C’est incroyable qu’une boite puisse encore avoir ce genre de pratique en 2015 (ou 2014, c’est pareil). Comme si en devenant maman, on devenait incapable, d’un coup d’un seul.

    Répondre
    • Cécile 10 février 2015

      Malheureusement ce n’est pas la boîte qui veut ça, juste des cons (oui j’ose !) dans mon management !

      Répondre
  3. bbbsmum 4 février 2015

    plein de bonheur dans ton nouveau chemin professionnel

    Répondre
  4. Pauline Costa 5 février 2015

    Coucou Cécile,

    belle décision…

    J’ai souffert aussi quand je travaillais pour les autres alors je comprends tout à fait ce que tu peux ressentir…

    J’ai plein de bon tuyau à te donner pour réfléchir à ton projet alors n’hésites pas à m’appeler sur mon portable, me mp ou m’envoyer un mail.

    Je suis de tout coeur avec toi ! bravo et bienvenue par avance dans la « famille » des entrepreneurs !!

    bien à toi,

    Pauline

    Répondre
  5. melodie 5 février 2015

    Bon courage pour ton choix de vie !
    Je te souhaite qu il aboutisse.

    J ai refusé un cdi (j etais en cdd) car je ne me sentais pas bien où j étais. En se remuant le popotin on arrive à avoir ce que l’on désir.

    J etais enceinte (début de grossesse) en disant non à ce cdi mais, quand ils L ont su, mom chef m a dit « heureusement que tu n as pas accepté le cdi, une femme enceinte, non merci ! ». Pourtant, il m aimait bien mais etait bipolaire et avait ses jours.

    J ai passé un concours puis d autres pour etre sûre d en avoir un. J ai eu celui que je desirais, le premier et je suis entrée dans la fonction publique. j ai repris en septembre, non sans mal mais ce que me propose l avenir me convient. On ne m a pas ennuyé quand j ai demandé un 80% et j ai des journées de récup… Bref, ça me convient.

    J espère que ton projet aboutira et tu ne pourras en ressortir que grandit et gagnante !

    Bises,

    Répondre
  6. ces doux moments 5 février 2015

    Je crois qu en devenant maman beaucoup de choses sont bousculees sur le plan professionnel. Il y a tant de recits d experiences similaires. Mais tu as raison on ressort plus forte de tout cela.

    Répondre
  7. mmembis 5 février 2015

    Courage ! Tu vas y arriver !! J’ai aussi été tyranisée pendant un an par un patron, je pleurais le matin en allant au travail… depuis la naissance de mes filles je relativise beaucoup et je suis plus dans le plaisir.
    courage pour la grande aventure de l’entreprenariat !

    Répondre
  8. homesweetmome 5 février 2015

    Bon courage ! Je n’ai pas vécu exactement la même situation, mais j’ai aussi eu des moments professionnels très durs après la naissance de ma première fille. J’ai pleuré beaucoup puis j’ai procédé à quelques changements (que j’ai la chance de pouvoir me permettre avec mon travail) pour mieux vivre.
    Mon chéri est auto-entrepreneur depuis un an et demi. C’est des hauts et des bas, mais globalement ça tend vers du mieux. On espère que d’ici un ou deux ans il arrivera à un stade où ça aura vraiment valu le coup. Le plus dur c’est de se lancer !

    Répondre
  9. Bon courage pour cette nouvelle aventure pro !

    Répondre
  10. Mimi 5 février 2015

    C’est un très joli récit, tu es une maman courageuse.
    Je vis aussi ce que tu décris et oui c’est difficile, je postule ailleurs en gardant espoir. Je te souhaite le meilleur.

    Répondre
  11. mumpascap 7 février 2015

    Félicitations pour ton courage. Ton témoignage me touche, vraiment. J’espère que tu t’épanouieras dans cette nouvelle vie professionnelle !

    Répondre
  12. Djahann 10 février 2015

    C’est quand même fou que d’un univers quasi idyllique se soit passé à cette situation. Le travail et les mamans….pfff y a encore bien du boulot à faire dans les entreprises !

    Répondre
    • Cécile 10 février 2015

      c’est aussi qu’on est prêt à plus de sacrifices quand on n’a pas d’enfant à la maison ! Les priorités changent

      Répondre
  13. Fred Ouistiti 10 février 2015

    Je te l’ai dit et je te le redis : tu as bien fait. En ce moment, ce n’est peut être pas évident mais tout va se décanter et tu vas t’épanouir dans cette nouvelle aventure. En tout cas, moi, je serai toujours derrière au moindre besoin <3
    Sois fière de toi !!!

    Répondre
  14. […] Sauf que la vie, la société, est remplie d’injustices notamment contre les femmes dont j’ai moi-même été victime.et que du coup je me pose souvent la question fatidique: comment élever mes filles pour […]

    Répondre
  15. 36 ans - Paris Pages Blog 14 décembre 2017

    […] Je n’apprécie pas énormément le travail de freelance. Je crois que même si mon ancienne entreprise avait bien des défauts, j’aimais le travail d’équipe. Je suis une personne qui a […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.